20 mars 2007

La campagne est lancée

Fin du conclave budgétaire. Plus aucun doute, la cohésion de la majorité fédérale n'est même plus une façade, elle n'est tout simplement plus. Libéraux et socialistes font une entrée symboliquement séparée. Laurette Onkelinx insiste sur les avancées en matière de sécurité sociale, "le dada du PS", profitant de l'occasion pour se démarquer de la coalition. Même objectif pour Didier Reynders qui, dès le lendemain, fustige la présumée "rage taxatoire" du PS.

L'opposition est sur la balle. Joëlle Milquet, qui aime les "bons" mots, ironise sur les nouvelles taxes "pic-nic" ayant pour vocation principale de remplir, hypothétiquement d'après elle, les caisses de l'état. Chez Ecolo, Jean-Marc Nollet dénonce des mesures écologistes restreintes arrivant beaucoup trop tard, en fin de législature, et n'ayant pas de cohérence globale.

Si notre Vice-Premier n'était pas la cible de plaisanteries douteuses actuellement, j'aurais osé un "Tous aux abris, ca va tirer dans tous les sens!". Evitons... Quoiqu'il en soit nous assisterons avec plaisir aux joutes verbales des prochains mois, mesquines ou pas.

Mais au delà de la Real Politik, nous irons à la source rechercher l'explicitation des programmes politiques. Parce que tous, nous devrions voter pour un programme en connaissance de cause, nous devrions voter pour une vision du futur en gardant un oeil sur le passé. A cette fin, et sans donner la parole à l'extrême-droite, nous irons à la rencontre de tous les partis démocratiques, même les moins traditionnels.



3 commentaires:

Anonymous Daniel Lebleu a dit...

ENFIN UNE POSSIBILITE DE PAROLES POUR LES MOUVEMENTS PROGRESSISTES.
MERCI

29 mars 2007 6:26  
Anonymous Anonyme a dit...

On ne peut se dire "progressiste" tout en se réclamant d'une gauche sclérosée, paralysée par des scandales à n'en plus finir, noyautée par des parvenus, cadenassée par des baronies bêtes et idiotes,...
La parole a été trop donnée à ce genre de "mouvement" "progressiste" (les doubles guillements se justifient pleinement !!!)
Tout cet immobilisme "progressiste" fait le lit de l'extrême droite ...

29 mars 2007 20:02  
Blogger bedin a dit...

Bonjour,

Pourquoi ne pas faire une émission audiovisuel, politique de toutes les tendances, tous les jours, ,le soir de 19 à 20 heures, pour expliquer à la population tous les points de désaccords, ensuite permettre au télé spectateurs de donner leurs avis, par Emails ou SMS?
L'émission crèverait les plafonds d'écoutes, et permettrait peut être de sortir de cette crise.

Mais, je vous écris surtout pour attirer votre attention sur ceci:
Nous vivons dans un monde hautement technologique, le travail devient peaux de chagrin, remplacé progressivement par l'informatique, la robotique, virtuel.
Peut de politiciens en parlent, est ce par ignorance? où peur de dire la vérité à la population, que le travail s'efface?
Pourtant, avec de la bonne volonté nous pourrions sortir de cette crise dont la source est comme toujours l'argent.
Il faut être réaliste, et admettre que l'évolution est comme un train qui est lancé à toute allure qui accélère de plus en plus, mais qui a comme particularité de ne pas avoir de freins. Cette évolution nous a installé le progrès technologique et nous imposes ses découvertes qui font basculer notre système, notre organisation dont l'informatique, la robotique, le virtuel sont la cause.
Cette technologie efface progressivement la force travail de l'homme, qui efface en même temps les salaires qui donnaient un pouvoir d'achat.
Nous croyons bien faire en faisant basculer le travail et ses spécificités vers d'autres occupations qu'on nomme services, malheureusement, les salaires dans cette filière n'ont plus la même valeur, ces salaires, trop bas, ne satisfassent plus l'offre.
Par contre, l'entreprise, elle, explose ses bénéfices, presque plus de salariés, plus de lois sociales, est-elle coupable de cet état de fait? Non, elle bénéficie tout simplement de ce qu'apporte l'évolution, le progrès technologique avec sa robotique, informatique.
Cette situation installera un déséquilibre dangereux pour la machine économique, l'entreprise devient autarcique, plus besoin de la force travail , = salaire presque inexistant, = en fin de course, le pouvoir d'achat qui s'effondre, la machine économique grippe!
Ce ne sont certainement pas les salaires que perçoivent les métiers des services qui enrichiront le PIB la machine économique, où d'une manière complètement déséquilibré, ce que nous vivons, et qui de toutes façon est condamner à péricliter.

.Il existe le moyen de tout équilibrer, nous savons incontestablement le faire, mais encore, faut-il vouloir. Octroyer à tous un revenu d'existence, à tous, sans exception, donner en quelque sorte, une valeur monétaire à la vie, dès la naissance, le montant à calculer d'après les besoins vitaux. Déjà la question a été soulevée par Mme Boutin, en France ministre du logement, préconisait 200 €, Mr Duchâtelet 3iem fortune de Belgique +/- 600 €.indexés, plus réaliste.
Ce système génial mettrait le pays sur un pied d'égalité, bousterait le pouvoir d'achat, qui lui inciterait le monde des affaires à fabriquer d'avantage, automatiquement engagerait du personnel, ce système ne peut être que bénéfique pour la Belgique, mais aussi l'Europe, auraientt trouvés le moyen de sortir, mais surtout éviter les crises qui s'installent régulièrement, dont la raison, quoi que l'on pense est l'évolution dans le monde, installant le progrès technologique, qui lui oblige un changement de société, où la force travail devient de moins en moins nécessaire, mais où le pouvoir d'achat doit impérativement demeurer.
Les politiciens s'embourbent dans des querelles d'enfants gâtés, s'acharnent sur des questions linguistiques et autres, secondaires, le véritable problème est l'argent qui circule de moins en moins dans la population, population privée progressivement de travail, remplacé de plus en plus par cette technologie qui s'installe, mais qui n'enrichira plus que le monde des affaires, après amortissement de ses investissements, qui en fin de course le pénalisera, pour la simple raison que son automatisation aura complètement détruit le système, travail=salaire=pouvoir d'achat, pouvoir d'achat, qui lui, doit envers et contre tout exister pour que fonctionne la machine économique!
Je crois Messieurs les politiciens, que vous devriez vous mettre autour d'une table et vraiment débattre de la question. Il n'y a plus d'autres solutions, le monde dans lequel nous vivons est dans une course folle aux découvertes, qui vont complètement changer la manière de vivre de l'homme. Ne jouez plus une comédie elle ne peut être que destructrice, admettez cet état de fait, et laissez à l'argent remplir ce pour quoi il existe, circuler, faire tourner l'économie, permettre à l'homme une vie digne, en lui octroyant ce qu'il a droit le revenu de la valeur de son existence qui avec ou sans son travail fait que la machine économique fonctionner, la vie, est l'élément qui fait que la machine économique existe, sans elle rien n'existe.
De toute manière, ce système s'imposera un jour par obligation, logiquement!

18 août 2008 13:11  

Enregistrer un commentaire

<< Accueil